Déclaration des revenus AirBnB : Guide pratique pour les propriétaires

Vous êtes un hôte AirBnB et vous vous demandez comment déclarer vos revenus issus de cette activité ? Pas de panique ! Dans cet article, nous vous proposons un mode d’emploi détaillé pour comprendre vos obligations fiscales, identifier les revenus imposables, choisir le régime fiscal adapté à votre situation et réaliser pas à pas votre déclaration en ligne. De plus, nous aborderons également les taxes locales liées à la location AirBnB afin de vous aider à gérer au mieux votre activité. Prêt à vous lancer dans cette aventure administrative ? Suivez le guide !

Comprendre les obligations fiscales liées aux revenus AirBnB

Si vous êtes propriétaire ou loueur et que vous mettez votre logement en location sur la plateforme AirBnB, il est essentiel de bien comprendre les obligations fiscales qui en découlent. Cet article vous aidera à mieux appréhender ces obligations et à être en règle avec l’administration fiscale.

Les différentes catégories de location AirBnB

Il existe plusieurs types de locations possibles sur AirBnB : la location de la résidence principale, la location d’une résidence secondaire et la location d’un logement dédié uniquement à la location saisonnière. Selon le type de location, les obligations fiscales peuvent varier légèrement.

La résidence principale : Si vous louez votre résidence principale, c’est-à-dire le logement où vous habitez la majeure partie de l’année, les revenus perçus sont à déclarer comme des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

La résidence secondaire : Si vous louez une résidence secondaire, c’est-à-dire un logement que vous n’occupez pas toute l’année, les revenus perçus sont également considérés comme des BIC.

Le logement dédié : Enfin, si vous possédez un logement spécialement dédié à la location saisonnière via AirBnB ou d’autres plateformes similaires, les revenus perçus sont également à déclarer comme des BIC.

Réglementation et seuils d’imposition

Pour être en conformité avec la réglementation fiscale française, il est important de respecter certains seuils d’imposition. En effet, si les revenus perçus grâce à la location sur AirBnB sont inférieurs à 23 000 € par an, et que cette somme ne dépasse pas la moitié de vos revenus globaux, vous n’êtes pas considéré comme professionnel et pouvez bénéficier du régime des micro-entreprises.

En revanche, si vos revenus dépassent ces seuils, vous serez considéré comme loueur professionnel et devrez opter pour un régime fiscal plus adapté à votre situation.

Maintenant que vous comprenez mieux les obligations fiscales liées aux revenus AirBnB ainsi que les différentes catégories de location et seuils d’imposition, il est temps de s’intéresser aux étapes clés pour déclarer ces revenus. Dans le chapitre suivant, nous vous aiderons à identifier les revenus imposables issus de la plateforme AirBnB et à choisir le régime fiscal adapté à votre situation.

Identifier les revenus imposables issus de la plateforme AirBnB

Les différents types de revenus

Il est essentiel de bien identifier les revenus imposables générés par la location de votre bien sur la plateforme AirBnB. En effet, tous les revenus perçus ne sont pas forcément soumis à l’impôt. Voici les deux principales catégories de revenus à considérer :

1. Les revenus locatifs : Ce sont les loyers perçus pour la mise à disposition de votre logement. Ils doivent être déclarés dans leur intégralité et pourront être soumis à l’impôt selon votre situation et le régime fiscal choisi.

A lire également  S'installer en Suisse : Top 7 des villes frontalières incontournables

2. Les prestations de services : Si vous proposez des services supplémentaires lors de la location (comme le ménage ou la fourniture de linge), ces revenus doivent également être déclarés et seront imposables.

Le calcul des recettes à déclarer

Pour déterminer le montant total des revenus imposables issus de votre activité AirBnB, il convient d’additionner les recettes perçues au cours de l’année civile concernée. Voici quelques conseils pour effectuer ce calcul :

– Ne tenez pas compte des frais de service facturés par AirBnB, car ils ne font pas partie de vos recettes.
– N’oubliez pas d’inclure les éventuels loyers impayés ou encaissés en retard dans le calcul, si ces derniers correspondent à des locations effectuées durant l’année concernée.
– Si vous avez perçu des revenus en devises étrangères, convertissez-les en euros en utilisant le taux de change en vigueur à la date de perception.

Il est important de conserver tous les justificatifs et documents relatifs à vos revenus locatifs pour faciliter la déclaration et répondre à d’éventuelles demandes de l’administration fiscale.

Après avoir identifié et calculé les revenus imposables issus de votre activité sur AirBnB, il vous faudra choisir le régime fiscal adapté à votre situation. Nous allons maintenant aborder ce point essentiel dans le chapitre suivant : « Choisir le régime fiscal adapté à sa situation ».

Choisir le régime fiscal adapté à sa situation

Le régime micro-BIC

Le régime micro-BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux) est particulièrement adapté aux loueurs de meublés non professionnels dont les recettes annuelles ne dépassent pas un certain seuil. En 2021, ce seuil est fixé à 72 600 € pour les locations classiques et à 176 200 € pour les locations meublées classées. L’un des principaux avantages du régime micro-BIC est la simplicité de sa gestion comptable et fiscale.

Sous ce régime, vous bénéficiez d’un abattement forfaitaire de 50% sur vos recettes locatives, représentant l’ensemble des charges liées à l’activité. Le solde restant constitue alors votre bénéfice imposable, qui sera soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Notez que si vos recettes sont inférieures au seuil d’exonération de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE), soit 5 000 € en 2021, vous n’aurez pas à payer cette taxe.

Le régime réel simplifié

Si vos recettes annuelles dépassent les seuils du régime micro-BIC ou si vous jugez que ce régime n’est pas avantageux pour votre situation, vous pouvez opter pour le régime réel simplifié. Ce régime permet de déduire l’ensemble des charges réelles liées à votre activité locative (travaux d’entretien et de réparation, intérêts d’emprunt, taxes foncières, etc.) de vos recettes, pour déterminer votre bénéfice imposable.

Attention, le régime réel simplifié implique une gestion comptable plus complexe et un suivi rigoureux de vos dépenses. Vous devrez notamment tenir une comptabilité et établir un bilan annuel.

Critères de choix entre les deux régimes

Le choix entre le régime micro-BIC et le régime réel simplifié dépend principalement du montant de vos recettes locatives et de vos charges réelles. Si vos charges représentent moins de 50% de vos recettes, le régime micro-BIC est plus avantageux. En revanche, si vos charges sont supérieures à 50%, l’option du régime réel simplifié sera plus intéressante.

Pour faire le bon choix, il est conseillé d’évaluer précisément l’ensemble de vos dépenses liées à votre activité locative et de comparer les résultats obtenus avec les deux régimes.

Une fois que vous avez choisi le régime fiscal adapté à votre situation, il est temps de passer à la déclaration des revenus AirBnB étape par étape. Nous vous guiderons tout au long du processus pour faciliter cette démarche.

Déclaration des revenus AirBnB étape par étape

Déclaration des revenus AirBnB étape par étape

Afin de vous faciliter la tâche dans la déclaration de vos revenus issus de la location AirBnB, nous vous proposons un guide pas à pas pour ne rien oublier et respecter vos obligations fiscales.

A lire également  Badge d'accès à l'immeuble : les limites de ce dispositif

Création ou connexion au compte impots.gouv.fr

La première étape consiste à créer un compte ou à vous connecter sur le site officiel des impôts : impots.gouv.fr. Si vous disposez déjà d’un compte, il vous suffit d’entrer vos identifiants pour accéder à votre espace personnel. Si vous n’en avez pas encore, il faudra suivre les instructions pour en créer un.

Remplir les formulaires nécessaires selon son régime fiscal

Selon le régime fiscal que vous avez choisi (micro-BIC ou réel simplifié), les formulaires à remplir seront différents.

Sous le régime micro-BIC, il faut remplir la déclaration complémentaire n°2042 C PRO. Vous devrez renseigner les recettes brutes perçues via la plateforme AirBnB dans la rubrique « Revenus industriels et commerciaux professionnels » puis cocher la case 5ND si vous êtes en location meublée non professionnelle (LMNP).

Pour le régime réel simplifié, vous devez compléter la déclaration n°2031 et ses annexes (n°2033-A à 2033-G). Ces formulaires concernent le bilan comptable de votre activité de location meublée non professionnelle, ainsi que toutes les informations relatives aux charges et amortissements.

Vérifier et valider sa déclaration en ligne

Une fois les formulaires remplis, il est important de vérifier l’exactitude des informations saisies. Assurez-vous de ne pas avoir oublié de mentionner des revenus ou d’avoir commis des erreurs dans le calcul des recettes à déclarer.

Après vérification, il ne vous reste plus qu’à valider votre déclaration en ligne. Un accusé de réception vous sera envoyé par email, confirmant la prise en compte de votre déclaration.

Enfin, il est essentiel de ne pas négliger les taxes locales liées à la location AirBnB, comme la taxe de séjour et la cotisation foncière des entreprises (CFE). Ces taxes sont à déclarer et payer séparément auprès des collectivités territoriales concernées.

Gérer les taxes locales liées à la location AirBnB

Gérer les taxes locales liées à la location AirBnB est une étape essentielle pour être en règle avec les autorités fiscales. Il est important de bien comprendre les différentes taxes auxquelles vous êtes soumis en tant que loueur AirBnB.

La taxe de séjour

La taxe de séjour est une contribution perçue par les communes sur le territoire desquelles sont situés les hébergements touristiques. Elle a pour but de financer les dépenses liées à la promotion du tourisme dans la région. En tant que loueur AirBnB, vous devez collecter cette taxe auprès de vos locataires et la reverser à la commune concernée.

Comment calculer la taxe de séjour ?
Le montant de la taxe de séjour varie en fonction du type d’hébergement (hôtel, meublé, chambre d’hôtes…) et du nombre d’étoiles attribuées. Pour connaître le tarif applicable dans votre commune, vous pouvez consulter le site internet de votre mairie ou vous renseigner auprès du service des impôts.

Comment déclarer et payer la taxe de séjour ?
Certaines communes ont mis en place une convention avec AirBnB qui permet à la plateforme de collecter automatiquement la taxe de séjour lors de chaque réservation et de la reverser directement à la commune. Si votre commune ne fait pas partie de ces cas, vous devrez collecter vous-même la taxe auprès des voyageurs et effectuer une déclaration trimestrielle ou annuelle auprès des services fiscaux.

La cotisation foncière des entreprises (CFE)

La cotisation foncière des entreprises (CFE) est une taxe locale qui concerne tous les professionnels exerçant une activité économique, y compris les loueurs en meublé non-professionnels. Elle est calculée en fonction de la valeur locative cadastrale des biens immobiliers utilisés pour l’activité.

Qui est concerné par la CFE ?
Les loueurs en meublé non-professionnel sont soumis à la CFE dès lors qu’ils mettent à disposition un bien immobilier pour une durée supérieure à 90 jours par an. Si vous êtes dans cette situation, il est important de vérifier si vous êtes redevable de cette taxe.

Comment déclarer et payer la CFE ?
La déclaration et le paiement de la CFE se font en ligne sur le site impots.gouv.fr. La date limite de déclaration varie généralement entre le 1er et le 31 décembre de l’année précédant celle au titre de laquelle la cotisation est due.

En conclusion, il est essentiel de bien maîtriser les différentes taxes locales liées à votre activité de loueur AirBnB afin d’être en conformité avec les obligations fiscales. N’oubliez pas que ces taxes sont un moyen pour les communes d’améliorer et promouvoir leur territoire touristique.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*