Les risques pour un investisseur dans l’immobilier

À l’heure actuelle, le nombre d’investisseurs immobiliers ne cesse de monter en flèche. Pouvoir profiter d’une meilleure rentabilité tout en garantissant une plus-value lors de la revente, c’est ce qui motive les investisseurs dans le domaine. Ce qu’il faut pourtant savoir, c’est que comme tout investissement, l’investissement immobilier n’est pas sans risque. L’acquéreur n’est jamais à l’abri d’une déconvenue, que ce soit au moment de l’acquisition ou après avoir fait le grand saut.

Les risques en rapport avec l’emplacement du bien

Il s’agit d’un risque principal qui devra être étudié avant de se lancer dans l’investissement. Le choix de l’emplacement ne doit surtout pas être pris à la légère. Sachant qu’il existe deux façons d’investir dans l’immobilier soit :

  • l’investissement locatif
  • l’achat-revente

Il est toujours important d’avoir une vision sur le moyen et sur le long terme. Lors de la visite du terrain, de l’habitation, du bureau ou du local commercial, vous devez prévoir que le choix que vous ferez n’engendrera aucune difficulté sur sa location et sa revente. Informez-vous bien sur l’emplacement géographique, le quartier.

A lire également  Les NFTs, un phénomène d'investissement apparemment éphémère

Les risques liés au type de bien

Ce risque est souvent à priori ou avant l’achat du bien. Il faut savoir que dans le domaine de l’investissement immobilier, tous les biens proposés ne sont pas forcément intéressants. Il se peut que dans la zone ou le secteur où vous allez investir, la demande soit très faible. Ce qui peut d’ailleurs vous confronter à un risque locatif important.

Le risque de vacance locative

C’est un risque à postériori et qui est surtout lié à l’activité locative du propriétaire. Après l’achat d’un bien immobilier, le propriétaire n’est pas encore épargné de certains nombres d’aléas et de risques. Le risque de vacances locatives représente l’un des risques les plus importants. Il s’agit d’une période durant laquelle le bien immobilier ou l’appartement reste sans locataire. Cependant, avoir un bien locatif non loué pendant plusieurs semaines voire des mois risque de nuire à la rentabilité locative. Surtout que les charges et les taxes foncières doivent toujours être payées, peu importe la situation.

Le risque d’impayés

Être confronté à un mauvais payeur, c’est le cauchemar de tout propriétaire d’un bien en location. C’est une situation pas vraiment courante, mais il peut arriver que le locataire ne verse plus son loyer. Cela commence souvent par un retard de paiement des loyers. Les impayés s’accumulent ensuite et la situation se dégrade de plus en plus. Étant donné qu’une expulsion ne peut pas être établie rapidement, avoir à faire à un locataire mauvais payeur peut engendrer une perte très importante.

A lire également  Créer une scpi

Pour éviter de tels désagréments, il est indispensable de bien choisir son locataire. Avant de s’engager et de signer quoi que ce soit, il est important de s’échanger et de s’informer s’il est vraiment sérieux et en mesure de régler le loyer convenablement.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*