Obtenir remboursement assurance emprunteur : comment faire ?

Comment obtenir le remboursement de l’assurance emprunteur ?

Dans le cas où vous désirez faire un achat immobilier, vous allez sûrement avoir besoin d’un grand budget, si la somme n’est pas en votre possession, vous avez toujours la possibilité de faire un emprunt qui va venir vous couvrir sur plusieurs mois ou sur un bon nombre d’années.

En effet, l’assurance emprunteur ne vous protège pas seul, elle protège aussi les membres de votre famille. En cas de mort subite, l’assurance emprunt continuera à prendre en charge le restant des membres. Nous allons voir, au cours de cet article, comment l’on obtient le remboursement de l’assurance emprunteur.

Sur quels principes se basent le remboursement de l’assurance emprunteur ?

Le montant de votre prêt doit être assuré en totalité, autrement dit, à 100%. Si vous êtes la seule personne a avoir contracté l’emprunt, c’est vous qui êtes totalement assuré. Dans le cas où vous empruntez à deux, le prêt doit être également sécurisé en totalité, il est préférable que chaque emprunteur soit totalement couvert. Ce taux de couverture porte aussi le nom de « quotité ».

Concrètement, c’est la part que prendra l’assureur, si l’un des emprunteurs n’est plus en mesure de rembourser le prêt. Si vous êtes par exemple dans la situation financière suivante : vous êtes deux personnes à contracter le crédit, l’un de vous gagne 2 500 euros et l’autre 1 700 euros par mois, votre mensualité de prêt immobilier s’élève à 1 300 euros, et vous avez 1000 euro de charges fixes chaque mois, au final et après déduction de charges, il vous reste environ 2 000 euros de budget mensuel, plusieurs options s’offrent à eux :

  • Ils choisissent une quotité de 50 % chacun : si l’un d’eux ne peut plus faire face à son remboursement, l’autre continue de rembourser sa moitié, les charge fixes ne diminuent pas et sont intégralement supportées par la personne qui continue à rembourser le prêt, le budget de la famille est ainsi fortement diminué.
  • Ils choisissent une quotité de 100 % chacun : si l’un des emprunteurs ne peut plus faire face à son remboursement, c’est l’assureur qui prend en charge à 100 % le remboursement du prêt.
A lire également  Assurance loyer impayé : conditions d'éligibilité du locataire

Comme dans la première option, les charges fixes ne diminuent pas et sont entièrement supportées par l’une des deux personnes, mais le budget de la famille est moins impacté.

Comment faire un remboursement anticipé ?

Le remboursement à l’avance d’un prêt est en accord avec le règlement de la somme qui reste jusqu’à la fin du contrat. Quand vous soldez votre prêt, cela signifie que vous effectuez un remboursement total, les intérêts ne sont plus applicables. Le montant de l’indemnité dépend de la durée restante de remboursement. Vous serez, au cours de cette période, informé de chaque étape.

L’indemnité du remboursement à l’avance se fait dans le cadre de la loi. De fait, pour l’année de remboursement qui reste ou plus, les limites de l’indemnité sont fixés à 2 % de la totalité du tarif. Cela dit, l’indemnité descend à 0.4% s’il vous reste moins d’un an.

Comment faire en cas de difficultés de remboursement ?

La première étape consiste à vous rapporter à votre contrat pour voir s’il y’a une possibilité de fluctuer vos échéances ou même reporter les payements. Si cela se confirme, voyez les conditions et contactez votre organisme prêteur pour évaluer ces possibilités de fluctuation et de report.

La prise de contact avec votre organisme est indispensable, peu importe l’option choisie. Pensez à bien réfléchir avant d’agir car cela aura pour effet de prolonger la durée de votre emprunt et d’en augmenter les coûts.

A lire également  Une assurance dommages ouvrage

Avant d’agir, n’hésitez pas à demander au prêteur une simulation du coût que cela vous coûtera. Cependant, cela sera effective dans la mesure où votre contrat prévoit ces changements. Si ce n’est pas le cas, que faire ? Dans ce cas, contactez votre conseiller afin de lui exposer la situation. Une négociation est possible tout en sachant que rien ne l’oblige à accepter.

Si ni l’organisme prêteur, ni le contrat ne permettent une ouverture, votre dernier recours est de vous tourner vers le tribunal judiciaire. En effet, vous pouvez obtenir une décision judiciaire dans le but de suspendre vos paiements pour une période qui ne dépasse les 2 ans.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*