Béton détérioré : comme le réparer ?

Vous paniquez, car votre ouvrage en béton dévoile une épaufrure ou un éclat et vous êtes bien obligé de le réparer ? Les solutions existent. À vous d’adopter celle qui vous convient le mieux et celle que vous jugerez adéquate pour réparer la détérioration de votre béton.  Suivez le guide complet dans l’article.

Quand procéder à la réparation d’un béton ?

Matériau ultra résistant, le béton peut être soumis à divers types d’agressions : usure, gel, choc… Ces impacts peuvent amener votre béton à présenter des éclats en surface. Même si ces éclats ne changent pas forcément la structure du béton, ils ne sont pas esthétiques. De plus, ces éclats peuvent causer un vieillissement prématuré de la structure, car ils diminuent entre autres l’enrobage de l’acier du béton.

Ici, nous parlons de réparation de surface qu’on appelle aussi le ragréage. Cette réparation concerne des dallages et dalles qu’on appelle aussi les ouvrages horizontaux ainsi que les murs qu’on appelle ouvrages verticaux. Elles n’incluent pas les réparations structurelles d’ouvrage de béton armé, car seules les entreprises spécialisées sont aptes à apporter ces types de réparations. Le ragréage se réalise par étapes qu’il faut méticuleusement respectées.

Préparation de la surface endommagée

Pour procéder à la préparation de la surface bétonnée présentant une détérioration, il y a des sous-étapes importantes :

  • Piquez la zone de béton altérée avec un outil (marteau à pic, pic métallique…) afin de se débarrasser des parties non adhérentes ou peu solides. 
  • Brossez cette zone avec une brosse métallique afin d’ôter les parties délicates.
  • Retirez les poussières du support avec une balayette, car elles pourraient nuire à l’adhérence du béton de réparation.
  • Si d’importants éclats ont atteint les éléments verticaux, il est préjudiciable de coffrer la zone à réparer.
  • N’oubliez pas d’humidifier la surface à réparer.
A lire également  Isolation volet roulant : en quoi consiste cette installation ?

Gâchage du mortier de réparation

Pour gâcher le mortier de réparation, vous avez deux options. Vous pourrez utiliser le mortier, fibré ou non, en sac provenant du commerce. Le mode d’emploi est inscrit sur l’emballage qu’ il est conseillé de suivre à la lettre. Vous pourrez également réaliser votre propre mortier de réparation. Mélangez du ciment avec du sable fin (sable pour enduit de préférence). Afin que votre mortier puisse disposer d’un bon accrochage, ajoutez à l’eau de gâchage de la résine d’accrochage. C’est un liquide à base de latex disponible dans les magasins de bricolage. Pour un meilleur dosage, mettez 1 volume de ciment et 2 volumes de sable. Gâcher le mortier avec 1 volume de résine d’accrochage et 2 volumes d’eau afin d’obtenir une consistance homogène.

Appliquez le mortier

Avant de sécher la solution d’accrochage, appliquez le mortier sur la partie à réparer. Afin d’obtenir une bonne adhérence, l’application du mortier doit être fortement serrée à l’aide d’une truelle. Mettez plusieurs couches pour bien les charger en épaisseur si besoin puis lissez. Aussitôt que le mortier se raidit, procédez à la finition avec une taloche éponge ou à défaut avec une éponge classique. Réalisez la courbe avec un fer à marche ou un fer à bord. Si vous devez appliquer une peinture, attendez que le mortier sèche complètement soit après environ un mois.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*