La maison du futur

Les promoteurs de logements neufs les plus avant-gardistes proposent des articles personnalisés adaptés à votre routine. Explorons l’avenir en matière de logement en collaborant !

Les changements dans nos modes de vie ont un impact sur nos maisons.

Le logement, par sa nature même, est le reflet de la société dans laquelle nous vivons. Nos parcours de vie se reflètent dans le logement. La famille s’agrandit-elle ? Cela peut être une incitation à déménager si vous souhaitez quitter votre logement et vivre dans un espace plus petit avec votre famille. Sans compter les ajustements qu’entraînent les aspirations professionnelles ou momentanées.

Plusieurs éléments influencent l’offre et la demande de logements à l’échelle de la société. La redéfinition de la cellule familiale (plus de foyers monoparentaux, moins de familles nombreuses, etc.) et l’attrait de la vie urbaine nécessitent une augmentation de la construction de nouveaux logements, mais aussi un nombre plus élevé de nouvelles structures dans les grandes zones métropolitaines.

Le désir de la ville est accru par le vieillissement de la société. Si les personnes âgées souhaitent rester chez elles le plus longtemps possible, elles désirent aussi la sécurité et la facilité de déplacement. En outre, ils recherchent la proximité des commerces et des services sans avoir nécessairement besoin d’utiliser l’automobile ou les transports publics. Ces changements sociétaux nécessitent de reconsidérer l’espace urbain et les infrastructures

De nombreuses variables sont à prendre en compte, notamment la transformation de l’emploi (expansion du télétravail et du flex-office, boom des espaces de coworking…), la diversification du mode de transport (vélo, scooter, VTC…), et l’essor de l’économie du partage. Les logements partagés, les multipropriétés via des plateformes collaboratives, et de nombreux formats de coliving ont fait leur apparition.

L’avenir du logement : un bâtiment en réseau

Désormais, grâce aux nombreuses possibilités de la domotique, vous pouvez prendre en main votre maison. Vous pouvez désormais contrôler à distance de nombreux éléments dans une maison connectée, du réglage du chauffage à l’ouverture des portes en passant par l’utilisation des gadgets domestiques.

Un logement neuf construit en tenant compte de fonctions domotiques particulières peut s’adapter à votre mode de vie et vous accompagner au quotidien : Vous bénéficiez d’un confort d’habitation décuplé et d’une maison qui correspond à vos besoins et à vos envies.

L’installation d’un système domotique peut être complétée par l’intégration de divers appareils connectés, permettant une plus grande intelligence et des économies d’énergie grâce à une meilleure diffusion des informations. La technologie des maisons intelligentes peut être utilisée pour contrôler sa consommation d’eau (compteur d’eau intelligent), améliorer la détection des incendies (système d’alerte en cas de piles usées dans les détecteurs de fumée) et optimiser l’efficacité de son système de chauffage (thermostat connecté, système d’analyse des pertes de chauffage).

Les assistants vocaux, tels que Google Home ou Alexa, ont introduit un autre niveau d’innovation, en vous permettant de contrôler par la voix les fonctions d’un seul ou de plusieurs objets connectés.

Enfin, si la plupart de ces dispositifs connectés produits par des startups ou des grandes entreprises peuvent être mis en place après l’achèvement d’une nouvelle structure, cela n’empêche pas qu’ils puissent être installés à une date antérieure. Cette méthode permet souvent d’améliorer la maintenance globale à moindre coût. Cependant, il s’agit d’un problème technique de taille puisqu’il faut anticiper la mise en place de l’équipement

A lire également  L’importance d’un mobilier urbain dans un espace public

Une maison dans le futur : un lieu de rencontre et de socialisation

Habitat collectif, collaboratif ou intergénérationnel : le logement de demain doit plus que jamais prendre en compte les besoins et les aspirations de ses occupants. La ville du futur sera ouverte ou n’existera pas. Le logement a été dupliqué à l’infini à cause d’un modèle qui a fait ses preuves dans le passé. A l’avenir, nous penserons le logement comme un moyen d’inclusion sociale et non comme un objet à copier à l’infini

Trois modifications importantes résultent de cette découverte :

  • Tout d’abord, les personnes qui vivront dans les futures structures – ainsi que celles du quartier et de la ville dans lesquels elles sont érigées – ont un rôle accru dans la planification du développement immobilier. Qu’il s’agisse d’une entreprise mono-produit ou d’un projet mixte mêlant immobilier résidentiel, bureaux et commerces, ainsi que des résidences de services (étudiants ou personnes âgées), les principes de consultation et de réciprocité sont utilisés. Elle doit rendre à la région ce qu’elle lui a pris, notamment en termes d’emploi, de formation, de vie culturelle, etc.
  • En outre, le logement nécessite une variété de modalités de mise en réseau entre les résidents. Les réseaux sociaux résidentiels sont très populaires. Les résidents d’un même logement peuvent échanger des informations (comme un dîner avec les voisins ou un concert dans un café local), publier des annonces et communiquer des activités tout au long de l’année via ces plateformes.
  • Troisièmement, les espaces communs à tous les niveaux sont conviviaux. Les espaces partagés (cuisine, jardin, potager, aire de jeux pour les enfants, etc.) permettent aux gens d’interagir et de travailler ensemble sur des projets.

Demain, des logements plus sûrs et plus proactifs seront disponibles.

Le besoin d’accessibilité dans les nouveaux bâtiments ne fait que croître en raison de la prévalence croissante des handicaps et du vieillissement des populations. D’importantes modifications ont été apportées ces dernières années, notamment des ascenseurs, des rampes d’accès, de larges couloirs et l’éclairage des parties communes. Elles profitent à tous les habitants d’un bâtiment – quel que soit leur âge ou leur situation – car elles contribuent à le rendre plus convivial et plus accueillant.

Par conséquent, le logement de demain sera très différent de celui que nous connaissons aujourd’hui :

  • Elle sera plus sûre. Les systèmes d’alarme, les caméras connectées, les serrures en réseau de dernière génération, les volets roulants électriques, les visiophones sont autant d’exemples d’équipements qui permettent de sécuriser la maison tout en se sentant bien. Les solutions domotiques de demain permettront de faire interagir toutes ces technologies.
  • Cela peut contribuer à éviter ou à minimiser les accidents domestiques. La majorité des chutes chez les personnes âgées se produisent à domicile. Les accidents sont plus fréquents dans les pièces humides (sanitaires, salles de bains). Le choix des matériaux de revêtement, la disposition de l’éclairage, la hauteur du bac à douche sont autant d’éléments à ne pas négliger : rien ne doit être laissé au hasard.
  • Fournir des solutions d’évolutivité. La capacité d’une structure à changer rapidement d’utilisation est connue sous le nom d’évolutivité. L’évolutivité peut être envisagée à l’échelle d’un logement. Lorsqu’une personne âgée souhaite transformer sa baignoire en douche, par exemple, l’inverse doit également être possible. Il peut également s’agir d’un logement qui comporte deux entrées distinctes et qui peut être loué en cas de besoin. Dans un monde des affaires de plus en plus numérisé, l’adaptation peut être envisagée sous un angle différent. Par exemple, la transformation d’un immeuble de bureaux en un complexe d’appartements de grande hauteur ou même en un appartement avec services est envisageable.

Au centre de sa zone, une maison est construite.

La démographie évolue dans tous les pays, à l’exception de la Chine, qui reste très majoritairement rurale. L’économie de monoculture est remplacée par une économie de polyculture qui inclut davantage de personnes et de nouveaux emplois, mais cela a entraîné de graves problèmes sociaux. La désindustrialisation et la croissance démographique (ou le déclin de la population, selon la région) ont contribué à ces problèmes. Les territoires sont affectés par une variété de processus complexes, notamment :

A lire également  Projet d’aménagement urbain, bien réussir les opérations

Ces schémas territoriaux continueront à avoir un impact sur le développement du logement à l’avenir, car ils influencent l’accès au logement et la répartition spatiale des lieux de tension et de détente.

Le logement du futur devra prendre en compte les dépenses d’infrastructure (transports, réseaux d’eau et d’énergie, haut débit, etc.), garantir la durabilité environnementale du développement de l’urbanisation, et assurer l’accessibilité financière à une proportion croissante de personnes.

Les méthodes modernes de construction des maisons : une révolution du logement

Le logement n’est pas simplement un sujet technologique, c’est aussi un sujet technique. L’évolution technologique importante qui se déroule sous nos yeux aura un impact majeur sur le nombre de structures à construire, la vitesse de construction et les budgets de construction.

Les logements de l’avenir seront construits à l’aide de techniques de pointe. Parmi les modèles qui caractériseront sans doute les décennies à venir, citons :

  • La construction d’usines. Le bâtiment est construit hors site, dans une usine dédiée, avant d’être érigé sur le site comme un immense jeu de construction. Cette approche permet de réduire les dépenses de développement tout en rendant le site plus vivable pour les populations locales… mais elle le rend aussi plus sale.
  • L’objectif premier de la BIM est de permettre aux architectes, aux ingénieurs, aux entrepreneurs et aux propriétaires de collaborer plus étroitement sur un projet pour la première fois. Pour mieux comprendre comment cela fonctionne en pratique, prenons un exemple dans le domaine de la construction : supposons que vous travaillez sur un immeuble de grande hauteur. Le BIM vous permet de visualiser les choses dans l’espace plutôt que de manière linéaire, comme c’était le cas auparavant avec les dessins sur papier ou les fichiers CAO. La structure 3D réelle de votre projet de construction peut désormais être représentée à l’aide du BIM (Building Information Modeling). Cette méthode est basée sur un modèle numérique paramétrique en 3D qui comprend des données intelligentes et structurées. Cette vision ultra-détaillée de la création du bâtiment permet non seulement de prévoir le coût d’un chantier à l’euro près ;
  • Une usine sans imprimantes 3D n’est rien d’autre qu’une chimère. Ces énormes imprimantes (en moyenne 6 mètres de haut, 10 mètres de large et 40 mètres de long) permettent de couler du béton selon des plans préétablis en un temps record. Quelques heures ou dizaines d’heures suffisent pour y parvenir, et désormais des structures entières peuvent être imprimées en 3D.

Utilisation du bois et d’autres matériaux naturels dans toutes les phases du processus de construction : les nouvelles techniques de construction peuvent être utilisées de mille manières différentes.

Le logement du futur : une toute nouvelle façon de visiter et d’acquérir

L’utilisation de nouvelles méthodes de marketing immobilier révolutionne également le secteur. Les logements de demain, notamment pour l’investissement locatif, seront de plus en plus souvent achetés en ligne. Les progrès de la technologie de rendu en 3D vous permettent déjà de visiter des maisons qui n’existent pas encore. Vous pourrez voyager dans votre futur logement comme si vous y étiez grâce aux progrès de la réalité virtuelle ou augmentée.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*