Qui doit payer le plombier entre le propriétaire et le locataire ?

De nombreuses réparations sont à prévoir des années après la construction d’un logement. Cela peut par exemple concerner des problèmes de plomberie. Il faut toutefois vous attendre à certaines situations surtout si vous habitez les lieux en tant que locataire. En effet, des soucis concernant le paiement de l’intervention du plombier peuvent toujours se manifester.

À quel moment le locataire doit payer le plombier ?

En tant que locataire, vous devrez vous attendre à bien entretenir le logement. Cela implique que vous allez régler tous les frais y afférents. Vous devrez alors vous attendre à payer la majorité des travaux de plomberie liée au bâtiment. Cela concerne par exemple les cas suivants :

  • La présence d’une fuite causée par l’ancienneté d’un joint
  • Une détérioration d’un élément de plomberie suite à une mauvaise manipulation
  • Un dysfonctionnement de la chaudière à cause d’un manque d’entretien

Vous devrez régler les soucis au plus vite pour éviter que la situation se dégrade. Il est dans tous les cas conseillé de faire appel à un professionnel qualifié pour réaliser les travaux. Vous pourrez de cette manière demander une indemnisation auprès de votre assureur en cas de sinistre à l’avenir. Il suffit dans ce cas de présenter une attestation délivrée par le spécialiste que vous engagerez.

Le propriétaire doit payer le plombier dans certains cas

Notez que le propriétaire doit payer les réparations avant l’arrivée du nouveau locataire. Cette obligation est établie par la loi n° 89-462 du 06 juillet 1989. Le propriétaire doit en effet livrer un logement qui répond aux normes en vigueur. Cela implique normalement une vérification de conformité du bâtiment avant de signer le contrat avec le locataire.

A lire également  L'entretien d'une chaudière à gaz naturel : aux frais de qui ?

Notez ainsi que le propriétaire prendra en charge les réparations sur les parties qui ne respectent pas les normes. Cela est valable même après l’aménagement du locataire. Il ne faut pas négliger les problèmes déjà causés avant l’arrivée de ce dernier. Cela est valable même si les travaux sont réalisés avant l’aménagement.

À souligner que le propriétaire peut toujours engager des démarches pour obtenir un remboursement auprès de son assurance. Le montant obtenu dépend toutefois de la situation, y compris la gravité du problème.

Que faire si le locataire refuse de payer le plombier ?

Vous habitez le logement en tant que locataire et vous pensez que vous n’êtes pas obligé de payer les réparations. Cela fait partie de vos droits si la situation le permet. Notez par contre que le propriétaire peut toujours vous forcer la main dans certains cas. Le propriétaire peut en effet prouver qu’il vous a livré un logement en bon état et qui répond aux normes en vigueur.

Il peut aussi vous demander de lui fournir les preuves des travaux que vous avez réalisés. Vous ne pouvez pas l’obliger à payer les frais si vous n’avez pas de preuves. Il se peut que le propriétaire accepte finalement de régler les réparations. Il pourra en outre retenir le montant sur votre dépôt de garantie.

Que se passe-t-il si le propriétaire refuse de payer le plombier ?

Vous pouvez prouver que les travaux de plomberie doivent être à la charge du propriétaire ? Notez dans ce cas que vous êtes libre de lui demander le règlement des comptes avec le plombier. Il faut toutefois faire attention à prévenir le propriétaire dès que le problème se présente. Cela doit même se faire avant de prendre une décision sur la réparation.

En effet, vous ne pouvez pas choisir l’artisan à engager à la place du propriétaire. Vous éviterez ainsi de vous retrouver en conflit avec ce dernier. Il peut parfaitement contester votre décision si vous n’attendez pas son autorisation. À souligner que vous pouvez solliciter la CDC (Commission départementale de conciliation) de votre région en cas de besoin.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*