Garantie de prêt immobilier : ce qu’il faut savoir

L’emprunteur peut être dans l’incapacité de rembourser son prêt immobilier à cause d’un imprévu financier. Voilà pourquoi les banques exigent des garanties, notamment des assurances. Il peut s’agir d’une caution, d’une hypothèque ou d’un privilège de l’État. L’organisme assureur doit ainsi s’acquitter des mensualités en cas de non-paiement. Que faut-il savoir de plus ?

Les différents types de garanties ou de sûretés

Lorsque vous empruntez de l’argent pour financer un projet immobilier, la banque exigera une garantie. Il peut s’agir de :

  • une caution : soit solidaire, soit fonctionnaire, soit par le biais d’une société de cautionnement. C’est le garant qui est tenu devant l’emprunteur ;
    • un nantissement : une sûreté sur les biens immatériels et surtout financiers comme une assurance-vie ou une épargne pour payer les mensualités non-acquittés ;
    • une hypothèque : sur un bien immeuble, une voiture, un terrain ou une maison, qui peut être mis en vente pour couvrir le prêt, les frais et les surplus en cas de non-paiement ;
    • une Inscription en Privilège de Prêteur de Deniers (IPPD) : sur un bien immeuble existant. L’avantage principal est l’exonération de taxe. 

En tout cas, ce sont les types de sûretés réelles reconnues sur le territoire français.

Une garantie proportionnelle au montant du crédit

Il arrive que les banques imposent une société de cautionnement. La raison est simple, elles lui font confiance. Plus importantes, elles sont certaines que la garantie couvre la totalité du prêt. Autrement, il serait refusé. D’ailleurs, le montant du crédit immobilier est toujours proportionnel à celui de la caution. Sinon, il est possible de réduire les frais liés à la création du dossier et à la signature, comme les frais de notaire.

Vous pouvez toujours faire valoir vos droits, notamment si votre profil emprunteur est bon. Ainsi, vous pouvez marchander pour les frais de garantie et les frais supplémentaires. Un simulateur en ligne vous aidera pour le calcul. Il est encore conseillé de comparer les offres. Il faudrait donc demander l’aide d’un courtier en immobilier qui connaît les bonnes affaires et peut négocier à votre place.

A lire également  Courtier immobilier : investir et optimiser son prêt grâce aux services d’un courtier

La meilleure garantie possible selon votre cas

Lors du choix de la garantie, faites attention. Le but est de vous assurer contre les risques d’impayés, mais pas forcément d’avoir de l’argent. L’hypothèque est le moins conseillée surtout si vous avez des problèmes de santé et que les risques sont très élevés. Vous risquez également d’être à la rue. La caution est la plus abordable. Un établissement financier qui accepte de cautionner le risque est donc le meilleur choix possible. Reste à trouver la banque idéale. 

Le mieux, c’est le nantissement. Aucun bien physique n’est touché dans ce cas-ci. Vos placements financiers ou votre épargne suffisent. En plus, vous pouvez toujours rembourser votre prêt à concurrence de vos avoirs. Seules les personnes à fort revenu, notamment les investisseurs financiers, pourront l’utiliser évidemment. Dans tous les cas, vous devriez en parler avec votre emprunteur. Il est aussi un conseiller financier, donc il peut vous aider à prendre la bonne décision.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*