Quelles sont les charges déductibles des revenus fonciers ?

Une fois que vous percevez des loyers grâce à vos investissements immobiliers, vous êtes obligés de déclarer vos revenus fonciers aux impôts. Sachez que ces revenus s’ajoutent à vos autres revenus. C’est pour cette raison que vous devez payer des impôts. Et dans le but de réduire le montant des impôts de vos revenus fonciers, rien ne vous empêche de déduire les dépenses liées à cette maison en location.

Revenus fonciers, kézako ?

Les revenus fonciers sont considérés comme l’ensemble des revenus issus de location. Ce sont des revenus issus de votre patrimoine immobilier. Et parmi ces revenus, on peut citer les loyers perçus des biens non meublés à la location. Les revenus fonciers consistent également un investissement locatif :

  • dans une société foncière
  • dans des sociétés civiles immobilières (SCI)
  • dans des Fonds de Placement Immobilier FPI.

Il est aussi important de préciser le dispositif Scellier, la loi Pinel ainsi que les monuments historiques font également partie de ces revenus. Parmi les différents biens qui sont soumis aux revenus fonciers, on peut donc citer les locaux d’activité, les locaux d’habitation ainsi que les terrains. Sachez également que les revenus fonciers sont imposables et soumis au régime réel et au microfoncier.

Dans le cadre du régime micro et sous le régime réel

Si vos revenus fonciers n’excèdent pas les 15 000 euros par an, ils devraient être soumis au régime micro. Dans ce cas, les charges engagées sont estimées sur une base forfaitaire de 30 %. Si vous avez décidé de miser sur ce régime, vous n’avez pas le droit de déduire à ces revenus les frais dédiés à l’entretien ou encore à la gestion du logement en question.

A lire également  Faire une offre pour l'acquisition d'un terrain

On vous recommande d’opter pour le régime d’imposition réel si vos revenus locatifs excèdent les 15 000 euros par an. Grâce à cette option, vous pouvez déduire chacune des charges et frais engagés pour le bien loué. Il est important de vous faire savoir que ce régime ne contient aucun abattement forfaitaire. C’est à vous de déterminer votre revenu foncier net imposable.

Les charges déductibles des revenus fonciers

Différentes charges peuvent être déduites sur les revenus fonciers. Commençons par les dépenses de réparation et d’entretien. Ce sont les dépenses qui permettent de maintenir le bien immobilier en bon état. Il y a aussi les frais de gestion comme la rémunération du gardien ou concierge. Parmi les catégories de dépenses qui peuvent être déduites sur les revenus fonciers, il y a également les provisions pour charges de copropriété.

Les travaux d’amélioration comme l’installation d’équipements supplémentaires font également partie de cette catégorie. Il est à préciser que les œuvres visant à agrandir la maison ne sont pas déductibles sur les impôts fonciers. On peut également citer les dépenses qui auraient dû être acquittées par le locataire après avoir quitté le logement. Et pour terminer, il y a aussi les primes d’assurances, les taxes incombant au propriétaire du bien ainsi que les intérêts d’emprunt.

Déclarer vos revenus fonciers

Sachez que vous pouvez déclarer vos revenus fonciers sur le formulaire Cerfa n° 2042. On vous recommande de ne pas négliger cette étape une fois que vous avez choisi votre régime d’imposition. C’est une opération qui est facile à réaliser. Pour un régime d’imposition réel, on vous conseille d’ajouter à votre déclaration générale le formulaire Cerfa n° 2044.

Vous pouvez également réaliser cette opération en ligne. En réalisant une déclaration sur Internet, rien ne vous empêche de modifier vos données à chaque fois que vous le souhaitez. Si vous avez investi dans un régime de déduction fiscale, vous devez remplir la déclaration n° 2044 spéciale.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*